mercredi 11 janvier 2017

Refuser les stratégies de haine, dossier de la Revue Les Réseaux des Parvis janvier-février 2017

« Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils, mais vous n’aurez pas ma haine. Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant, mais répondre à la haine par la colère, ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’aie peur, que je regarde mes concitoyens avec un œil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu ».
Tout le monde se souvient d’au moins une partie de ces paroles prononcées par Antoine Leiris, qui a perdu sa femme dans l’attentat du Bataclan et qui reste seul avec son fils âgé à l’époque de dix-sept mois, et qui depuis a consigné cela dans un livre. Ces paroles fortes, inhabituelles surtout après si peu de temps, ont envahi les médias et interpellé une multitude de personnes. Car comment surmonter sa haine en renonçant à la vengeance ? Est-ce un pardon ? Cela n’est pas aussi simple… Lire la suite de cet article
Autre article : Résister à la haine, la voie de la non-violence

lundi 26 décembre 2016

Message du président de la Fédération des Réseaux du Parvis à l'occasion du passage vers la nouvelle année

Chers amis, de la Fédération des Réseaux du Parvis
« Dis-moi combien pèse un flocon de neige ? » demande la mésange charbonnière à la colombe. « Rien d’autre que rien » fut la réponse.  Et la mésange raconta alors à la colombe une histoire : « j’étais sur la branche d’un sapin quand il se mit à neiger. Pas une tempête, non, juste comme un rêve, doucement, sans violence. Comme je n’avais rien de mieux à faire, je commençais à compter les flocons qui tombaient sur la branche où je me tenais. Il en tomba 3 751 952. Lorsque le 3 751 953e tomba sur la branche – rien d’autre que rien, comme tu l’as dit – celle-ci cassa. » Sur ce, la mésange s’envola. La colombe, une autorité en matière de paix depuis l’époque d’un certain Noé, réfléchit un moment et se dit finalement :   «Peut-être ne manque-t-il qu’une personne pour que tout bascule et que le monde vive en paix.... »
Cette petite histoire la plupart d’entre vous la connaissent, mais j’aime souvent la reprendre. Lorsque nous contemplons le monde qui est autour de nous, nous avons tendance à nous placer en observateur, avec nos idées et nos préjugés, sans toujours réaliser que nous faisons partie de ce monde et que ce 3 751 953e flocon de neige peut être nous. Suivant notre vécu, les joies et les peines qui sont les nôtres, nous mettons des lunettes roses ou des lunettes noires et c’est avec ce filtre que nous analysons ce qui se passe autour de nous, et si nous avons compris que nous n’existons qu’au travers de nos relations, nous acceptons de faire partie du camp des gentils et nous vilipendons le camp des méchants, car il va de soi que nous sommes des gentils. Nous faisons partie d’un certain nombre de communautés mais les autres font du communautarisme. Nous aimerions partager nos bonnes idées, mais les autres font du prosélytisme. Nous aimerions partager ce que nous sommes, mais les autres font de la crispation identitaire. Nous aimerions partager nos raisons de vivre, mais les autres sont endoctrinés. Nous aimerions bien nous ouvrir et dialoguer, mais les autres ne voient que leurs intérêts immédiats et refusent tout dialogue. Sur les réseaux sociaux, nous recherchons nos lointains semblables mais nous ignorons nos proches différents. Bref, nous voudrions, mais les autres ne veulent pas. Nous voudrions que les autres changent, mais nous ne voyons souvent même pas l’ombre d’un soupçon que nous pourrions aussi changer. Bref, pour faire bouger le monde, commençons par nous bouger nous-même.
J’aime bien la parole du pape François :« Tu peux parler de la paix avec des paroles splendides, faire une grande conférence. Mais si dans ta petitesse, dans ton cœur, il n’y a pas de paix, si dans ta famille il n’y a pas de paix, si dans ton quartier il n’y a pas de paix, si dans ton poste de travail il n’y a pas de paix, il n’y en aura pas non plus dans le monde » Et l’on pourrait reprendre cette même phrase avec des mots comme respect, dialogue, accueil, partage, tolérance, justice, liberté, égalité, fraternité, solidarité, sortir de la spirale de la violence, refuser les stratégies de haine, comme cela sera développé dans le dossier de la Revue Parvis du mois prochain, amour, espérance.
Une des convictions qui cimentent les différentes associations de Parvis est « Priorité à l’humain et aux chemins d’humanisation » Oui, humanisons le monde, mais cela commence par s’humaniser soi-même. Parfois le découragement nous habite et nous nous disons : « Le monde va tellement mal que nous n’arriverons plus à le changer » Mais ce n’est pas parce qu’on ne peut pas tout faire qu’il ne faut rien faire. Reprenons à notre compte la question qui a été posée au prophète Isaïe (21, 11) : « Veilleur, où en est la nuit ? », et soyons conscients d’être des sentinelles qui peuvent regarder la nuit sans effroi, parce qu’au fond de nous-mêmes, il y a assez de lumière pour ne pas douter de l’existence du matin. N’est-ce pas le 3 751 953e flocon de neige qui a fait craquer la branche ?
C’est au 4ème siècle que l’Eglise étouffa la fête païenne du solstice d’hiver en l’appelant jour de Noël. Les « païens » ont rendu à l’Église la monnaie de sa pièce en étouffant la fête chrétienne qui est devenue partout dans le monde la fête de l’argent, du commerce inutile, du gueuleton et de la mièvrerie, ersatz de l’amour qui s’adresse aux tripes mais ni au cœur ni à la tête. Cependant, comme nous l’avons dit lors de notre assemblée générale : « Heureux naufrage, pour un évangile re-suscité » Certains disent : Jésus revient ?  Eh non il est toujours là ! Mais il a mis l’homme au centre et pas la religion.
Tel est le message que je souhaiterais nous partager au moment du passage vers la nouvelle année, au nom du bureau de la Fédération des Réseaux du Parvis.
Votre président, Georges Heichelbech

samedi 17 décembre 2016

La mort du Cardinal Arns, une grande figure de l’Amérique latine

Archevêque émérite de São Paulo, le cardinal Paulo Evaristo Arns est mort mercredi 14 décembre à São Paulo (Brésil) trois mois exactement après avoir fêté ses 95 ans. Figure de l’Église brésilienne, il n’avait jamais eu peur de prendre la parole. Il se fait remarquer par ses prises de position sans concession contre la dictature militaire, dénonçant l’usage de la torture. Il participe d’ailleurs à faire sortir du pays des photocopies de documents gouvernementaux prouvant son utilisation par les militaires. Défenseur acharné de l’option préférentielle pour les pauvres, il vend le palais épiscopal pour construire des logements sociaux et n’hésite pas à affronter la Curie romaine à qui il reproche, notamment, sa bureaucratie, le morcellement de son diocèse en cinq morceaux, présidés par des évêques conservateurs, pour gêner son action ou la façon dont a été traité le théologien de la libération Leonardo Boff. Le successeur du cardinal Arns, Mgr Moreira Neves suscita l’incompréhension en dénonçant le préservatif pour éviter le sida.
Voici le témoignage de Eduardo Boff (le frère de Leonardo)
http://nsae.fr/2016/12/17/le-cardinal-pablo-evaristo-arns-professeur-intellectuel-raffine-ami-des-pauvres/
« Personnellement, je lui suis profondément reconnaissant de m’avoir accompagné dans le procès doctrinal fait contre moi par l’ancien Saint-Office en 1982 à Rome sous la présidence du cardinal Joseph Ratzinger. Dans le dialogue qui a suivi mon interrogatoire, entre le cardinal Ratzinger, le cardinal Lorscheider et le cardinal Arns, auquel j’ai également participé, il a, avec courage, dit clairement au cardinal Ratzinger : « Ce document, que vous avez publié il y a une semaine sur la Théologie de la Libération ne correspond pas aux faits, des faits que nous connaissons bien. Cette théologie est bonne pour les fidèles et pour les communautés. Vous avez pris la vision des ennemis de cette théologie, qui sont les militaires latino-américains et les groupes conservateurs de l’épiscopat, mécontents de l’évolution, dans la pastorale et les façons de vivre la foi, que ce genre de théologie implique ». Et il a ajouté: « J’attends de vous un nouveau document, positif cette fois, qui reconnaisse cette façon de faire la théologie à partir de la souffrance des pauvres et en fonction de leur libération. » Et ce fut ainsi, trois ans plus tard »

vendredi 16 décembre 2016

Le Maroc condamné par le Comité de l’ONU contre la torture dans l’affaire Naama Asfari | ACAT France

Le Maroc condamné par le Comité de l’ONU contre la torture dans l’affaire Naama Asfari | ACAT France

Le Maroc a été condamné  lundi 12 décembre par le Comité de l’ONU contre la torture dans le cadre de la plainte déposée par l’ACAT et le cabinet Ancile-avocats au nom du militant sahraoui Naama Asfari. Les auteurs de la plainte appellent le Maroc à respecter cette décision, qui constitue la première condamnation du Maroc par le Comité contre la torture concernant des violations commises au Sahara occidental.

Voici le document informant de cette décision
https://www.acatfrance.fr/public/20161212_cat_decision-asfari.pdf
Voici un lien qui donne l'historique de l'affaire
http://georgesheichelbech.blogspot.fr/2015/02/non-seulement-on-torture-mais-on.html

mardi 13 décembre 2016

Tout le monde n’est pas prêt à accueillir les étrangers

Tout le monde n’est pas prêt à accueillir les étrangers | Expression libre

Triste témoignage d'une amie qui a pu vivre la haine que certains éprouvent vis à vis des étrangers.

Mais il n'est pas possible de rester indifférent face à de telles agressions.

Oui, osons la fraternité, accueillons l'étranger

Voici tout un dossier pédagogique qui aide à la réflexion
Et un message : Résisrer, accueillir, un message d'espoir


dimanche 11 décembre 2016

Les religions instrumentalisées par la politique

Libé a donné le ton par son titre choc : Au secours Jésus revient
Les réactions ne se font pas attendre.
Infos chrétiennes s’insurge en disant qu’il s’agit d’une réaction confondant laïcité et sécularisation
D’autres affirment que Libé n’est que le poisson pilote d’une gauche pure et dure
Mais les réactions peuvent être d’un tout autre ordre
Ainsi la Fédération des Réseaux du Parvis
ou  l’association FHEDLES

La collusion entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel est une des sources de violence et peut avoir des effets pervers. Pensons que 86% des évangéliques ont voté Donald Trump ou que l’Eglise catholique soutient le gouvernement polonais dans sa croisade contre l’avortement. Une laïcité bien comprise définissant le rôle de l’Eglise et de l’Etat a ici toute sa raison d’être à condition que de chaque côté on considère l’autre comme un partenaire et non comme un adversaire.

dimanche 6 novembre 2016

Une Eglise au régime « sans prêtres »  | René Poujol

Une Eglise au régime « sans prêtres »  | René Poujol

Une réflexion tout à fait pertinente qui est déjà menée depuis de longues années par bon nombre de théologiens. Il est intéressant que la phrase «N’est-ce pas Dieu qui a choisi de nous envoyer moins de prêtres ?» sorte de la bouche de Mgr Eychenne alors que le système est vérouillé par le voeux d'obéissance des évêques au pape. Lors de l'année sacerdotale, dans ma paroisse durant toute une année, à la fin de chaque messe était récitée la prière d'invocation à Jean Marie Vienney pour que Dieu envoie des prêtres à l'Eglise. Oui, il y a encore quelques jeunes prêtres mais qui regardent plus dans le rétroviseur que d'analyser la réalitée. C'est triste de constater que c'est uniquement quand elle ne peut plus faire autrement que l'Eglise pose timidement certaines questions. Mais se poser des questions est encore loin du moment où elle prenda des décisions. Ne parlons même pas du sacerdoce des femmes où le pape François a à nouveau exprimé sa ferme opposition dans l'avion qui l'a ramené de Suède.

Voici tout un dossier de réflexion sur les prêtres
http://georgesheichelbech.blogspot.fr/search/label/Pr%C3%AAtres

mercredi 28 septembre 2016

Jacques Gaillot, un évêque au plus près des pauvres et des opprimés

Jacques Gaillot, un évêque au plus près des pauvres et des opprimés | Conférence catholique des baptisé-e-s francophones
«Si l’Église a tout ce qu’il faut pour vivre, pourquoi se tourner vers les autres ? Si elle a la vérité, pourquoi perdre son temps à aller dialoguer avec les autres et chercher ce qu’elle a déjà ? Mais si l’Église est en manque, si elle accepte humblement d’être aidée par des étrangers, des non croyants, des malades, des petites gens, alors elle retrouve un souffle évangélique et les pauvres la sentent à elle.»

samedi 20 août 2016

Huit « commandements » pour musulmans et chrétiens

Huit « commandements » pour musulmans et chrétiens | NSAE

  1. Utiliser Dieu pour justifier des meurtres et des actions violentes est un blasphème.
  2. Il n’y a pas de guerres saintes. L’objectif de Dieu est la paix juste. La conduite humaine doit s’orienter d’après cela.
  3. En tant que Chrétiens et Musulmans nous condamnons chaque fondamentalisme, radicalisme, fanatisme, terrorisme.
  4. La Bible et le Coran veulent mener l’homme vers la justice et la paix.
  5. La diffusion de la foi ne doit jamais se faire par contrainte ou violence.
  6. Nous nous déclarons ensemble pour le respect du droit de l’homme à la liberté religieuse.
  7. La représentation hostile de l’autre est à démasquer et à dépasser.
  8. La prévention de la violence est une tâche pour toute personne religieuse.

mercredi 17 août 2016

L'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT)

L’ACAT est une ONG œcuménique de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d'utilité publique et d'éducation populaire. 
L'ACAT a pour but de combattre partout dans le monde les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la torture, les exécutions capitales judiciaires ou extra-judiciaires, les disparitions, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les génocides.
Elle assiste les victimes de tous ces crimes, notamment en se constituant partie civile devant les juridictions pénales et elle concourt à leur protection notamment par toutes actions en faveur du droit d’asile et de la vigilance à l’égard des renvois qui s’avèreraient dangereux.

L'ACAT fonde son action sur un réseau actif de 39 000 membres adhérents, donateurs et salariés. 
http://www.acatfrance.fr/qui-sommes-nous

mercredi 3 août 2016

Comment Helder Câmara a mis en œuvre le Pacte des Catacombes à Recife | NSAE

Comment Helder Câmara a mis en œuvre le Pacte des Catacombes à Recife | NSAE

Le pacte des catacombes mérite d'être plus connu, d'autant plus qu'il avait été complètement occulté par l'Eglise officielle mais qui a eu un impact sur la théologie de la libération, hélas aussi désavouée par l'Eglise officielle. On se rattrape en disant qu'il y a une bonne et une mauvaise théologie de la libération

jeudi 21 juillet 2016

Jacques Semelin : « La société civile ne peut pas tout attendre de l’État »

Jacques Semelin : « La société civile ne peut pas tout attendre de l’État » - La Croix
Prenons du recul par rapport à l'émotion, l'indignation, les discours "va-t-en guerre", le tout sécuritaire
D'abord une réflexion de Jacques Semelin

Ensuite celle de Véronique Margron
La détestation de l’autre sape la société

Celle de Jean Claude Guillebaud
Lutte contre Daech : cessons de tricher

Réflexion de Jean Marie Muller
Nous sommes en terrorisme

Rachid Benzine, islamologue, politologue et enseignant franco-marocain

Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du Ministère de la Défense. Auteur de La fabrication de l’ennemi ou comment tuer avec sa bonne conscience pour soi. Éditions Robert Laffont, 2011.
Michel Goya, historien.
Olivier Roy, professeur à l’Institut universitaire européen de Florence.
Olivier Zajec, maître de conférences à l’Université Jean Moulin (Lyon III).
Comment qualifier la « guerre » contre le terrorisme ?

Analyse de Georges Corm, historien Libanais
Parler de “jihad” dans le cas des opérations terroristes est une aberration

Camille Blanc, présidente d'Amnesty International France
Prolonger l’état d’urgence, c’est donner droit de cité à l’arbitraire